Le match HAC – Boulogne-Billancourt interrompu

Sep 26, 2022 | Le club

Problème de… trou !

On jouait depuis moins de vingt minutes. Le HAC venait d’emballer le match. Et voilà qu’un joueur de Boulogne-Billancourt se prend les pieds dans le tapis… ou plutôt, le pied dans un trou. Et pas de taupe celui-là. Plus de peur que de mal pour le malheureux Boulonnais, heureusement. Match interrompu. L’arbitre et le délégué viennent constater la chose. On glisse même un drapeau d’angle pour jauger de la profondeur : la hampe glisse jusqu’au fond. Impressionnant. Et consternation.

L’arbitre regagne les vestiaires. Le président DOUTRELEAU s’inquiète. Les joueurs continuent quelques exercices pour rester chauds.

L’arbitre revient sur la pelouse. Verdict : match arrêté. Sécurité des joueurs oblige. Les Boulonnais ironisent en applaudissant le public tout en quittant la pelouse. Peut-être s’imaginaient-ils déjà la victoire sur tapis vert en poche… Quant aux Hacmen, ils continueront quelques séries d’exercices sous la direction de Ahmed DJAE.

Quelques instants plus tard, dans la salle de réception sous les tribunes, Olivier DOUTRELEAU s’adresse aux invités : « L’arbitre a pris une décision tout à fait pertinente et juste… On n’est pas des professionnels en la matière pour pouvoir jauger si, oui ou non, c’est dangereux. Donc le match est arrêté. Maintenant, dans ces conditions, les matches sont à rejouer, en principe, avec le score du moment (14-6), et repris sur une durée de 80 minutes… Il ne faut pas être déçus, et ceci pour deux raisons : la première, il n’y a pas de blessé ; la seconde, ça fera un match de plus à Deschaseaux, et une occasion de plus de revenir nous voir… »

Les services de la mairie devaient se mettre dès le lundi matin au travail pour rendre au plus vite le terrain praticable. Ce dimanche 2 septembre, le HRC doit jouer à Deschaseaux.

Décidément, alors que pour l’instant le problème d’autorisation à avoir l’éclairage n’est pas résolu, voilà qu’un nouveau souci, sous-terrain celui-là, vient contrarier les Ciel et Marine en ce début de saison.

Jean-Marc Ramel